Les congés payés sous le feu des projecteurs

La Cour de Cassation dans son rapport annuel 2013 estime que le législateur doit prendre des dispositions légales pour réformer les congés payés.

IMG_2097Plusieurs axes sont à réformer principalement en raison du droit communautaire qui impose un minimum de 4 semaines de congés payés par an.

Voici les principaux points de notre droit français qui sont contraires au droit européen.

  •  La perte des droits à congés payés en cas de faute lourde

Le droit communautaire interdit la perte des droits à congés payés dans la limite de 4 semaines / an,  même dans le cas d’un  licenciement pour faute lourde.

Le droit français actuel prévoit que la faute lourde du salarié est privative de congés payés (c. trav. art. L. 3141-26).

 

  •  les reports ou pertes des droits à congés payés issus du droit national

La Cour de Cassation a jugé que, lorsque le salarié s’est trouvé dans l’impossibilité de prendre ses congés annuels au cours de l’année prévue par le code du travail ou par une convention collective, en raison d’absences liées à un accident du travail ou à une maladie professionnelle ou non,  son droit à congé est reporté.

Elle ne s’est pas prononcée sur le sort des congés supérieurs aux 4 semaines communautaires.

La Haute Juridiction aimerait que le législateur prévoit que ce droit à report de congé s’applique non seulement pour les 4 semaines prévues par le droit communautaire mais également pour tous les congés payés de droit interne

  •  la distinction entre les salariés en arrêt maladie simple et en arrêt maladie professionnelle dans l’acquisition des droits à congés payés

Le droit communautaire interdit la distinction entre les salariés en situation de maladie et les autres travailleurs en matière de congés payés.

Or, le droit français actuel prévoit que seuls les salariés en arrêt de travail en raison d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail continuent  d’acquérir des droits à congés payés. (l’article L. 3141-5 du code du travail)

  •  la limitation de l’acquisition des droits à congés payés par un salarié en situation de congé pour cause d’accident du travail ou de maladie professionnelle à une période ininterrompue d’un an

Le droit communautaire ne limite pas le nombre congés payés acquis pendant la période d’arrêt maladie.

Or le droit français actuel ( article L. 3141-5 du code du travail) limite l’acquisition des droits à congés payés par un salarié en arrêt de travail pour cause d’accident du travail ou de maladie professionnelle à une période ininterrompue d’un an.

Contact :
Carole VERCHEYRE-GRARD

55, avenue de la Grande Armée
75116 Paris
(métro Argentine ligne 1)
Tél 01 44 05 19 96 – Fax 01 44 05 91 80
carole.vercheyre-grard@avocat-conseil.fr

Une réflexion au sujet de « Les congés payés sous le feu des projecteurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.